vendredi 4 mars 2016

COLINE LOUBER

Coline ramasse à la lisière de la mer et de la terre des bois et des végétaux sculptés par le temps. Elle glane dans les villes à la tombée de la nuit lorsque les rebuts de nos consommations n'ont plus de valeur pour nos imaginaires et que nous les naufrageons à la porte de nos habitations. 
Elle amasse, choisit, cisèle, sculpte, métamorphose, et tente de redonner vie à ces miettes délaissées, à ces débris, à ces végétaux perdus en les assemblant .